Frédéric Denhez
auteur, chroniqueur, vulgarisateur, animateur

“Faire sourire les gens par la complexité des choses”

FORMATION

Écologue, diplômé de l’Université de Lille 1 (DESS Gestion des ressources naturelles renouvelables, labo d’écologie numérique de Serge Frontier, mémoire de fin d’études sur la modélisation des phosphates dans les sédiments du bassin Artois-Picardie, pour l’Agence de l’Eau ). Formé au clavier et au déclencheur par les rédactions de Géo (Maurice Soutif), National Geographic (François Marot) et Ça M’intéresse (Frédéric Karpyta), ainsi que par les photojournalistes Claude Rives et Francis Le Guen. Mis au micro par Christophe Imbert et Denis Cheissoux (France Inter). Service militaire très instructif au Service de Santé des Armées.

En résumé, 5 ans de fac, 12 ans de plongée et de presse magazine, 15 ans de voyages, 25 ans d’écritures et de paroles, des milliers de gens interviewés, rencontrés, animés ; des millions de signes de textes, des centaines d’heures de radio et de télé.

Je précise que je suis journaliste sans carte de presse : j’ai le statut d’écrivain (Agessa), et j’y tiens ! Ce qui ne m’empêche pas d’être aussi pigiste, intermittent du spectacle, auto-entrepreneur et chef d’entreprise (la mienne, c’est facile !). J’ai été salarié quatre mois dans ma vie, je ne sais plus ce que c’est.

Comment prononcer Denhez ?!

La petite histoire – étymologie

Nous sommes pas loin de 1000 à porter ce nom né vers 1574 en France métropolitaine, en la bonne ville alors espagnole (d’où l’origine) de Cambrai. 1000 handicapés de la phonétique ! 1000 hommes et femmes qui pleurent à chaque fois qu’ils entendent leur patronyme écorché, re-hispanisé, voire bretonnisé !
Alors, pitié ! Nous sommes les victimes d’un “h” mal placé. Rejoignez notre comité de soutien !

Ça se prononce [dãe]

Ce n’est ni “déneze”, sûrement pas “deux nez”, encore moins “dans le nez”, non plus “dé-eh”.
Ce n’est pas plus breton, sinon, ce serait Denhaz. C’est Ch’ti !

Ça se prononce donc… [dãe], oui !

Il faut s’arrêter au h, reprendre sa respiration pour lancer ensuite le é.

Vous verrez, c’est facile.

◊ Deux garçons, une fille ◊ Titulaire d’un DESS d’Ingénierie de l’environnement (Lille I), historien contrarié, contradicteur de nature, chercheur d’incongruités, dénicheur de cocasse, humour au 15e degré et tireur de fils ◊ Ch’ti, plongeur, amoureux des épaves, du Lot, des Chutes Victoria, de St-Pierre de la Martinique, des abris sous-roche, des prairies, des seiches géantes et des vaches ◊ Transporté par le foie gras poêlé, le bœuf au jus de mémé, le risotto, la cocotte en fonte, les agrumes, le rhum vieux, le Croze-Hermitage, le Cahors et les bières belges ◊ Emporté par Albert Londres, Jack London, François Maspéro, Philip Roth, Tom Wolfe, Frédéric Dard, Franck & Vautrin, Thierry Jonquet, John Le Carré, Tardi, Patrick Rambaud, Philip Kerr, Sylvain Tesson, Stephen King… ◊ Fasciné par Lawrence d’Arabie, Le Souper, House of Cards, Un taxi pour Tobrouk, Tandem, Dark Knight, Shining, Michael Mann, Alien, Les Damnés, Christopher Nolan, James Gray, James Cameron, Jacques Audiard, Clint Eastwood, Ridley Scott, Luchino Visconti, Bertrand Tavernier, Pixar, Denis Villeneuve… Bates Motel et Handmaid’s tale ◊ Excité par les « Et » en début de phrase ◊ Abhorre « communauté », « consommer » et les expressions fainéantes ◊ Adore le subjonctif, le mot «camarade» et Bruce Springsteen.