9e Infolettre : transition énergétique, effet rebond, voiture, électicité, fluvial… et réforme territoriale.

La transition énergétique sera culturelle ou ne sera pas

(Texte repris dans quinze jours par le site maveritesur, avec lequel je vais collaborer, et publié, en version allégée, dans le magazine Marianne de vendredi 11 juillet)


Sur le sujet, voir aussi ma troisième infolettre, et mes livres, Nucléaire le vrai du faux, et La Fin du tout-voiture.

Jean-Vincent Placé, le Harlem Désir de l’écologie, est content. François de Rugy, qui rime avec poli, n’a pas mugi. Emmanuelle Cosse, dont le sens politique est proverbial (le soir des élections européennes, n’a-t-elle pas affirmé qu’il fallait dissoudre les états ?), a marqué sa satisfaction. Quant à Nicolas Hulot, enfermé dans son poste plénipotentiaire, il n’a pu marmonner que oui-oui. C’est dire si le projet de loi sur la Transition énergétique de l’Inflexible du Poitou est une révolution. Cela dit, ce n’est jamais qu’un projet de loi, qui ne convaincra ou n’énervera que ceux et celles qui pensent encore que la Loi fait tout. Car collectivités, coopératives, artisans, entreprises et citoyens expérimentent déjà une transition réelle de l’énergie. Une transition culturelle.
 0141488263

Tuer l’effet rebond !

Ce projet de loi est très technique. Normal : dans notre pays d’ingénieurs et de technocrates, à tout problème doit correspondre une réponse mathématique, toute pleine de chiffres et de performances à atteindre emballés-livrés dans un vocabulaire qui fait sérieux parce qu’il nécessite de lire en apnée. Or, ce problème-ci ne sera pas résolu par la multiplication des éoliennes, ni l’étanchéification des logements.
La première idée augmente en effet l’offre d’énergie et donc la demande (quand le gâteau est plus gros, même sans parfum de nucléaire, la faim est plus grande), la seconde fait faire des économies à un coût faramineux qui ne durent qu’un temps : dans les logements BBC, passifs ou à énergie positive, bureaux compris, la consommation remonte après quelques mois, parce que les usagers finissent par ne plus faire attention.


Voilà ce grand inconnu du débat énergétique, qu’on appelle « l’effet rebond ». Personne ne l’aborde, pas même le collectif Negawatt qui, lui aussi, répond techniquement au problème. L’effet rebond ou, pour faire sérieux, le « paradoxe de Jevons » du nom de l’économiste anglais qui l’a décrit en 1865 pour répondre à l’étonnement ancien de James Watt : « pourquoi l’industrie consomme-t-elle plus de charbon, alors que mes machines permettent d’en utiliser plus en dépensant moins ? ». Mais justement, démontra Jevons ! Puisqu’il faut moins de charbon pour fabriquer une tonne de fonte, mes coûts de production sont meilleurs, j’ai donc tout intérêt à en extraire le plus possible afin d’augmenter mon taux de profit. Autrement dit, dès lors qu’un bien ou un service devient moins cher, on tend à en consommer plus, c’est humain. L’économie est réinvestie dans ce qui l’annule.


Dans la vie de tous les jours, cela se traduit par un constat général dans tous les pays riches : depuis quarante ans, la baisse légère de la consommation d’énergie ne suit pas du tout l’amélioration formidable de la performance énergétique, ni la hausse tenace des tarifs. Pourquoi ? Quand on entre dans un bâtiment qui consomme peu, on augmente la température de consigne du chauffage, on achète une télévision supplémentaire, on part finalement au Maroc plutôt qu’au Crotoy, on change la voiture… ou on ajoute une pièce. Nous fonctionnons tous à budget égal, ce qui génère une « dissonance cognitive », mot savant pour parler de cette schizophrénie quotidienne que l’on constate à toute échelle. Jouer au consommateur « écoresponsable » relève souvent de la patate chaude par transfert des consommations économisées sur d’autres postes.

En clair, les politiques d’économie d’énergie, puisant largement dans la technologie, sont en quelques années corrigées, voire annihilées par l’effet rebond qui est sans cesse relancé par la course à la technologie la moins consommatrice… Dans le monde occidental, ce paradoxe nous fait perdre de 30 à 50 % de notre consommation d’énergie. Au moins.


Une transition énergétique basée sur la seule production n’a donc aucune chance d’aboutir. Une transition basée aussi sur la consommation, comme l’indique le projet de loi, part avec plus de réussite. Mais une transition de la consommation qui n’est fondée que sur de la technique, du financement et des taxes n’ira pas loin, compte tenu du fait que le comportement humain reprendra le dessus. Pour casser l’effet rebond, il faut une politique culturelle de l’énergie… qui vise à pérenniser les économies réalisées par un changement comportemental.

Comment y parvenir ? Le prix peut aider, plus encore la certitude qu’il ne baissera jamais, si tant est que son évolution à la hausse soit planifiée, de façon à nous laisser le temps d’adapter nos comportements de consommateurs. Le prix peut être d’autant plus pédagogique que nous consommons nos propres kWh, ceux que nous produisons, et que nous les voyons évoluer sur le compteur…



Des coopératives tiers-financées, bravo ! Mais comment ?

Pour cela, deux outils sont dans le projet de loi. Les coopératives ou sociétés de production d’énergie renouvelable sont incitées dans l’article 27 à proposer des parts de leur capital aux citoyens qui résident dans leur aire de couverture, ou même à des quidams qui souhaiteraient réaliser un investissement pour le coût social et solidaire. Dans l’article 7, ces structures sont susceptibles de trouver les désormais célèbres « tiers-financements » auprès de sociétés d’économie mixtes, les collectivités locales par exemple, afin de boucler leurs tours de table.
Bravo ! En Allemagne, en Europe du Nord, de telles coopératives, facilement financées par la participation de leurs clients et les crédits aux ras des pâquerettes des collectivités, produisent la majorité de l’électricité d’origine renouvelable.


Malheureusement, dans le projet de loi, la part de capital attribuable aux premiers concernés n’est pas indiquée, alors qu’elle devrait être majoritaire ; tandis que le tiers-financement n’est possible que pour les sociétés agréées au titre du code monétaire et financier. C’est-à-dire… les banques, qui ont tué dans l’œuf l’intelligente mesure pour se conserver le monopole du crédit, inscrit il est vrai dans la Loi, alors que ce crédit, elles ne le distribuent plus qu’avec grande parcimonie. Concrètement, les collectivités ne pourront plus financer à des taux inférieurs à ceux des établissements bancaires, et les coopératives continueront de mettre des années avant de boucler leur plan de financement. Dans un pays qui dépense huit ans pour ériger une seule éolienne, il ne faut après tout s’étonner de rien.

C’est bien dommage, car dès lors qu’elles se mettent à fabriquer du kWh, les sociétés de production locales, qui ont aujourd’hui un mal de chien à se financer, provoquent une transition culturelle très rapide :
parce que l’on sait que l’on consomme d’abord ce que l’on produit, et que ce que l’on consomme est affiché en permanence au regard de ce que l’on produit, et de ce qu’il faudrait consommer pour être dans les clous, la consommation chute d’une trentaine de pour cent en moyenne. D’autant plus vite que l’électricité achetée ailleurs pour pallier les manques se paie beaucoup plus cher que celle que l’on produit… L’affichage est en fait primordial. Or, Linky et autres compteurs intelligents n’afficheront rien. Le kWh restera virtuel, et c’est bien là le problème de notre rapport à l’énergie.


La voiture électrique… mais où sont les transports quotidiens ! ?

Le projet de loi parle beaucoup des transports. Bravo ! Il est vrai qu’il compte pour la moitié de la facture d’énergie des ménages. Mais de transport, en fait, il n’y a rien si ce n’est le nouveau mantra du Corps de Mines et des élus qui veulent faire jeune, la voiture électrique. Le projet de loi ne parle en fait que d’elle. Un réflexe conditionné pathétique. Car un bouchon en électrique ou en diesel, c’est toujours un bouchon, alimenté par des sources d’énergie qui restent à définir.


Prétendre que l’on fera baisser la pollution des villes et le budget des ménages consacré aux transports par la généralisation d’un véhicule très contraignant ailleurs qu’en zone dense (l’autonomie…), alors que les zones les plus denses font précisément la chasse à l’auto (le problème de la voiture c’est d’abord sa prédominance sur la voirie) ; un véhicule « propre » dont qui plus est l’empreinte écologique est comparable aux meilleurs véhicules essence d’aujourd’hui, c’est se moquer du monde.

Réduire notre consommation d’énergie implique en réalité de revoir en profondeur l’usage de la voiture. Favoriser,
inciter le covoiturage, l’autopartage et la location de façon à mutualiser les coûts d’usage ou, à tout le moins, à les bien afficher dans notre budget.
Imposer la densification et l’intensification de l’habitat de façon à
« fixer » les citoyens au plus près de leurs lieux de travail et de consommation - une évolution déjà constatée dans les zones périurbaines d’Ile-de-France, autour des ZAC.
Construire des logements à moins de 10 minutes à pied d’un transport en commun lourd.

Osons aussi réduire la vitesse de
10 km/h sur toutes les routes… pour une économie de kWh comparable à celle de l’isolation de tous les logements collectifs… au prix d’une catastrophe électorale, il est vrai.

Enfin, aider les logisticiens à passer de la route au
fluvial (allez voir ici, et , cette journée d'information que j’ai animée le 25 juin… sur une péniche, pour VNF et FNE), un moyen de transport massifié, performant et finalement très urbain. Leur modèle économique dépend d’aides publiques qui compensent en partie le coût artificiellement moindre du routier. En 2013, elles ont baissé de 30 %. L’écotaxe, ils l’appelaient donc de leurs vœux… L’article 9 du projet de loi laisse supposer que les Certificats d’économie d’énergie (une mesure complexe de rémunération des donneurs d’ordre engagés dans une démarche de réduction des émissions de CO2 auprès de leurs clients) pourraient leur être attribués. Avec tous les camions que les artistes de la barge évitent de mettre sur les routes, il y aurait des sous à gagner. Mais ils hésitent à s’enthousiasmer…



(ici, 110 camions passent sous le pont ! photo © FD)




La France sur un bout de table

Le PS n’est plus à gauche, il est sur un coin de table, là où les Barons ont refait la France. Ils se sont chamaillés, les mains sur le bide, un œil sur le Président, l’autre sur Madame-Ex. L’essentiel était de ne pas trop perdre de leurs prébendes, et de ne point fâcher la Sévère de La Rochelle, afin de ne pas troubler les calculs de Monsieur-Ex. Alors, sans tenir compte des spécificités culturelles, de la réalité des déplacements, des bassins de vie, de la localisation des métropoles pourtant intelligemment créées par Me Lebranchu, mais en ayant d’yeux que pour des banals indicateurs techniques tels que le PIB et la démographie, cela a donné ça. Le but étant que les régions deviennent, enfin, «  compétitives internationalement », ainsi que l’a résumé André Vallini dans moult interviews qui font rire. La France est déjà un petit pays à peine visible sur une carte, alors une région… Un investisseur chinois dépense ses sous dans une ville, un port, en Europe ou en France, pas en Bourgogne ou en Bretagne. L’argent va toujours où il est le moins coûteux de l’investir. Et une région est une structure administrative qui, en principe, n’a pas pour vocation de gagner des marchés internationaux.



Le miracle des eaux : Dreux est au bord de la mer

Mais ne nous moquons pas, car grâce à ces discussions de très haute portée intellectuelle, la France devient enfin une nation maritime : Dreux et Limoges se retrouvent au bord de la mer, dans une région obèse qui borde l’Atlantique. Picto-centrée, car Ségolène Royal souhaitait emmerder à la fois Jean-Marc-Ayrault, Jean-Yves Le Drian et Alain Rousset, en englobant le Centre et le Limousin. Une réussite.
De même, Saint-Dizier est maintenant dans la baie de Somme depuis la fusion de la Champagne-Ardenne et de la Picardie. C’est qu’il ne fallait pas que le bastion socialiste du Nord-Pas-de-Calais, réduit à un donjon de notables isolé au milieu d’un désert ouvrier abandonné par eux, ne tombât aux mains du Front National en cas de fusion avec le Picardie où le parti aux faux accents de PC des années 1970 a ses habitudes.
La mer a décidément été très présente dans les choix présidentiels, car Toulouse, Souillac et Rodez se retrouvent maintenant au bord de la Méditerranée.


Une autre carte, autrement plus intelligente

Cette carte a tant fait rire que chacun y est allé de la sienne. Libé, Le Monde, Le Parisien, L’Express, tapez sur Google, vous trouverez plein de France idéales.
La société
Data-publica a carrément créé un moteur pour que vous, fidèle lecteur, puissiez fabriquer votre propre représentation. Dans ce « Regionator 3 000 », qui sonne comme une arme absolue dans un film de SF des années 1950, ce sont les données de déplacements quotidiens entre départements qui nourrissent la réflexion (informations de l’Insee libres d’accès : c’est l’open data). Ainsi, deux départements qui s’échangent chaque jour beaucoup de travailleurs se retrouvent réunis en une seule région.
Sur le site, vous indiquez le nombre de régions qui vous convient, et Regionator vous concocte une petite carte. Voici celle à 22 régions, la plus intéressante car elle est la moins polluée par le bruit de fond statistique des quantités astronomiques de données fournies par l'Insee :



Fort de son contenu en déplacements, cette carte nous donne en réalité les vingt-deux principaux bassins de vie du territoire métropolitain. Dans quelle aire nos concitoyens vivent-ils réellement ?
Et bien… c'est surprenant.
- Le Nord-Pas-de-Calais est très cohérent. Il n’a que faire de la Somme ou de l’Aisne, avec qui on (et je, voyez ci-dessous) le réunit souvent pour des raisons culturelles et géographiques :
ch’tis et boïaux rouches circulent chez les uns et les autres, et pis ché toute ;
- Même cohésion en Champagne-Ardenne, en Franche Comté et en Bretagne, n’en déplaisent à ceux qui affirment que Nantes est bien la capitale économique de l’hermine : en réalité, la ville de l’ex-Premier ministre régnerait plutôt sur Poitou-Charentes, ce qui devrait faire plaisir à certaine ;
- L’Alsace et la Lorraine montrent par contre une belle complémentarité, car on y va de l’une à l’autre, sans sortir des limites des deux régions ;
- Étonnamment, la Normandie n’est pas réunie. La Haute se rapproche de la Picardie (il est vrai qu’en auto, aller de Cayeux au Tréport est une continuité, magnifique), tandis que la Basse descend sur le nord des Pays de Loire ;
- La grossière région Paca est éclatée, mais pas dans le sens qu’on imagine : Marseille devient capitale du delta du Rhône, tandis que Nice règne sur l’extrême sud-est du pays. Encore une fois, c’est un découpage très cohérent avec la réalité des déplacements, bref de la vie de tous les jours ;
- Quant à l’Île-de-France, ses boursouflures ont été taillées sur le billot des réalités : l’est de la région ne communique en effet pas tant que cela avec l’ouest.



Oh et puis après tout, voici la mienne

Je ne pourrai pas faire pire que le projet des hiérarques socialistes, alors pourquoi pas ? !

Je me suis basé sur mes modestes connaissances géographiques et historiques, la vie que je passe dans le train à longueur d’année, dans les villes « moyennes » où je cause et fais causer, les gens que je rencontre et interview, la biblio que je réunis pour écrire mes livres, et, tout de même, quelques réalités économiques et techniques bien tangibles comme les déplacements quotidiens.

Alors voici :



- Nord-Pas-de-Calais + Somme + le nord de l’Aisne, jusqu’à Saint-Quentin, ça me semble géographiquement justifié ;
- Les deux Normandie ensemble, encore que 1) des Bas-Normands m’ont dit qu’ils discutaient plus avec les Bretons qu’avec les Hauts-Normands qui les snoberaient, alors pourquoi pas un rapprochement Caen-Brest ; et 2), la Seine-Maritime pourrait tout à fait se rapprocher de la Somme ;
- La Bretagne avec Nantes, allez, pour faire plaisir à mon copain Yann, mais franchement, Nantes n’est économiquement plus vraiment en Bretagne ;
- Une grande région Aquitaine qui va de la Vendée aux Pyrénées-Atlantiques, moins le Lot-et-Garonne, mais avec le Poitou-Charentes. Partout où l’on va dans ces pays, le tropisme bordelais est frappant ;
- Midi-Pyrénées prolongés jusqu'à la mer, avec le Lot-et-Garonne, mais sans le Lot et l’Aveyron ;
- Le Languedoc-Roussillon se retrouve ainsi… supprimé, séparé qu’il est entre Carcassonne et Perpignan qui rejoignent Toulouse, et Montpellier et Nîmes qui constituent avec le sud de la région Paca une longue région Méditerranée ;
- Longue mais point grosse, car je retire à l’affection de Paca les Alpes-de-Haute-Provence et les Hautes-Alpes, que je rapproche de Rhône-Alpes, pour en faire une vaste région alpestre. Cela dit, les Alpes de Haute-Provence échangent plus avec les Alpes-Maritimes qu’avec la Drôme ou les Hautes-Alpes… ;
- Limousin + Auvergne + Dordogne + Lot + Aveyron dans une grande région « rurale », géographique et paysagère, le Massif Central ;
- La Loire devient elle aussi une région à part entière, par fusion du Centre, de l’est des Pays de Loire, de la Nièvre et du sud de l’île-de-France. Partout où l’on sent l’air frais du grand fleuve ;
- Bourgogne et Franche-Comté ensemble, ce qui est déjà fait, dans bien des domaines, moins la Nièvre, donc ;
- Alsace Lorraine, rien à dire de plus ;
- La Champagne-Ardenne récupère l’est de la Seine-et-Marne qui n’a rien à faire avec Paris ;
- En échange, j'offre l’Oise, nettement plus parisienne que le 77 à la région IDF ;
- Pour de mêmes raisons géographiques, culturelles et économiques, je lègue aussi la plus grande partie de l’Aisne à la Champagne-Ardenne. Les champs de bataille de 1914-1918 commençaient là après tout.

Ouf ! C’est fatigant de créer un nouveau pays.

Cela dit, c'est assez vain. Car tant qu'il y aura 37 000 communes dans notre pays, la France demeurera une monarchie néoféodale vissée sur le permis de construire. 

En attendant cette vraie révolution, vous pouvez toujours me dire ce que vous pensez de tout cela.


À suivre : mes prochains livres !